La résurrection, contre les délires origéniens, c’est la résurrection de nos corps

Publié le 11 Février 2014

La résurrection, contre les délires origéniens, c’est la résurrection de nos corps

« Dieu a créé l'homme de la nature visible et invisible à sa propre image et ressemblance en modelant son corps de la terre et lui donnant son âme raisonnable et noétique au moyen de sa propre spiration, d'où le nom d'icône divine que nous lui donnons : « selon l'image » vise l'intellect et le libre-arbitre, « selon la ressemblance » c'est ce qu'il est possible de lui ressembler en vertu.

Il a modelé le corps en même temps que l'âme et non celui-là d'abord et celle-ci ensuite, comme le veulent les délires origéniens.

[…]

Nous avons foi également en une résurrection des morts, car cela sera effectivement : il y aura une résurrection des morts. En disant résurrection, nous entendons résurrection des corps. La résurrection, c'est quand se dressent pour la deuxième fois ceux qui sont tombés, car les âmes étant immortelles comment ressusciteraient-elles ?

Si l'on définit la mort séparation de l'âme et du corps, la résurrection est une nouvelle coaptation de l'âme et du corps, un second « dressement » de l'être dissous et tombé.

Le corps même qui a été corrompu et dissous se redressera incorruptible. Car il n'est pas impossible à celui qui, l'ayant formé au commencement de la poussière de la terre, l'a dissous à nouveau et l'a reversé à la terre d'où il avait été pris, de le faire par un retour du démiurge, surgir à nouveau.

S'il n'y a pas de résurrection, mangeons, buvons et menons une vie de volupté et de vices. S'il n'y a pas de résurrection en quoi différons-nous des êtres sans raison ? S'il n'y a pas de résurrection, bienheureuses les bêtes avec leur vie exempte de tristesse. S'il n'y a pas de résurrection, pas non plus de Dieu ni de providence, tout se mène et se fait automatiquement. Car nous pouvons voir la plupart des justes dans la pauvreté, traités injustement et sans récompense dans la vie présente, et les pécheurs, les injustes florissant dans leurs richesses et leurs jouissances. Est-ce qu'un jugement sain prendrait cela pour une œuvre de justice et de prévoyante sagesse ?

Il y aura, oui, il y aura une résurrection, car Dieu est juste et il rendra une juste rétribution à ceux qui le soutiennent.

Si c'était en effet la seule âme qui eût lutté dans les combats de la vertu, l'âme seule serait couronnée ; si l'âme seule se roulait dans les plaisirs, seule elle serait châtiée. Mais comme l'âme n'a marché ni dans la vertu ni dans le vice sans le corps, les deux (le corps et l'âme) recevront en même temps la rétribution.

Le Seigneur dans les Saints Évangiles nous a transmis : « Car ceux qui sont dans les tombeaux, dit-il, entendront la voix du Fils de Dieu et ils s'avanceront, ceux qui ont fait le bien pour une résurrection de vie, ceux qui ont fait le mal pour une résurrection de condamnation ». (Jean 5, 28).

Et dans les tombeaux ne sont pas des âmes, si on parle sainement !

Ce n'est pas seulement par la parole, mais par des actes qu'il a manifesté la résurrection des corps. Il a d'abord ressuscité Lazare le quatrième jour, alors que, corrompu, il sentait déjà ; et ce n'était pas une âme privée de corps mais l'âme avec le corps ; et non pas un autre corps mais celui-là même, corrompu, qu'il réveilla. Comment d'ailleurs aurait-on su ou cru que ce mort était ressuscité si l'on n'avait reconnu ses traits propres ? Il a aussi ressuscité Lazare pour montrer sa propre divinité et donner foi en sa résurrection et en la nôtre ; ce Lazare qui allait mourir à nouveau.

Le Seigneur est devenu prémisse de la résurrection parfaite, celle qui n'est plus soumise à la mort. C'est pour cela que le divin apôtre Paul dit aussi : « Si les morts ne ressuscitent pas, le Christ non plus n'est pas ressuscité. Et si le Christ n'est pas ressuscité, notre foi est vaine; nous sommes encore dans nos péchés (1 Cor. 15, 10). Le Christ est ressuscité, prémisse de ceux qui dorment (ib. 20). Premier-né d'entre les morts (Col. 1, 18).Si nous croyons que Jésus est mort et ressuscité, de même aussi Dieu amènera-t-il ceux qui sont endormis, par Jésus, avec lui » (1 Thes. 4, 14).

L'apôtre dit de même, c'est-à-dire : comme le Seigneur a ressuscité. »

Saint-Jean Damascène (VIIIe siècle), Exposé de la Foi Orthodoxe.

« Dieu a modelé le corps en même temps que l'âme et non celui-là d'abord et celle-ci ensuite, comme le veulent les délires origéniens. (…) En disant résurrection, nous entendons résurrection des corps. La résurrection, c'est quand se dressent pour la deuxième fois ceux qui sont tombés, car les âmes étant immortelles comment ressusciteraient-elles ? »

La résurrection, contre les délires origéniens, c’est la résurrection de nos corps

Rédigé par Restauration Universelle

Publié dans #résurrection chair corps, #Origène, #âme

Repost 0
Commenter cet article