La divine liturgie sanctifie la matière

Publié le 2 Avril 2013

La divine liturgie sanctifie la matière

« La grâce naturelle du Saint Esprit, laquelle constitue le fondement même de l’être de créature, se manifeste dans la chair même du monde ; elle est à l’origine de toute sanctification. C’est pourquoi « l’Eglise du Christ connaît diverses sanctifications de la matière comme par exemple celle de la bénédiction des eaux du Jourdain, de laquelle découlent toutes les bénédictions des eaux ( baptismales ou non ) ; comme par exemple celle du saint chrême et de l’huile, du pain et du vin ; de la consécration des églises et des objets de culte ; des fruits de la terre, de toute nourriture et en général de tous objets.»(1).

L’Esprit Saint descend en personne au cœur du monde et Le voici « conscience de notre conscience, vie de notre vie, souffle de notre souffle » (2).

Les épiclèses de toutes les actions sacramentelles constituent comme une continuation de la Pentecôte, comme la reprise, dans un dynamisme renouvelé, de la Pentecôte cosmique des origines. Tout culmine alors à la métabolè (μεταβολή) eucharistique. Aussi, si les cieux, la création de Dieu racontent sa gloire (Ps 19/18, 2), les œuvres de l’homme qui continuent, elles, la création de Dieu, ont pour but suprême, à travers cette même création, la glorification de Dieu.

Pour Saint Irénée de Lyon, c’est toute la nature visible que nous offrons dans les saints dons afin qu’elle soit eucharistiée, puisque « dans l’eucharistie l’un des deux facteurs est terrestre » (3). Dans l’anaphore, rappelle Saint Cyrille d’Alexandrie, « on fait mémoire du ciel et de la terre, de la mer, du soleil, de toute la création visible et invisible » (4).

C’est parce qu’il y a l’Eglise et sa liturgie que le monde reste ancré dans l’être, c’est-à-dire dans le Corps du Christ, car l’Eglise demeure ce lieu spirituel où l’homme fait l’apprentissage d’une existence eucharistique et devient authentiquement prêtre et roi.

Par la liturgie l’homme découvre le monde transfiguré en Christ et désormais il collabore à sa métamorphose définitive, ce qui signifie en clair à sa transfiguration.

Tout fidèle qui prend part à la liturgie porte en lui le monde de la façon la plus réaliste, la plus positive qui soit. Il ne porte pas seulement sa chair d’homme, son être concret avec ses faiblesses et ses passions. Il porte toute sa relation avec le monde naturel, avec toute la création. Le monde qui entre dans l’espace liturgique est certes le monde déchu mais il n’y entre pas pour rester tel qu’il est. La liturgie est un remède d’immortalité parce que dans son acceptation et son affirmation du monde, elle refuse précisément la corruption de celui-ci afin de pouvoir l’offrir à Dieu, au Créateur.

Dans la liturgie eucharistique, le monde ne cesse jamais d’être le cosmos de Dieu. Une telle vision du monde ne laisse pas de place à la dissociation entre le naturel et le surnaturel.

La liturgie est notre action de grâce la plus authentique pour le monde créé, rendue au nom de ce monde. Elle est aussi la restauration du monde déchu et la pleine participation des fidèles au salut (amené par l’Incarnation du Logos divin), à travers lesquels ce même Logos est donné au cosmos tout entier. La liturgie eucharistique est enfin l’image du Royaume, qui est le Cosmos devenu ecclésial.» (5)

Métropolite Stephanos de Tallinn, La Vie religieuse et la sauvegarde de la Création, 2004.

Notes.

1. Serge BOULGAKOV : Le Paraclet, Aubier, Paris 1944.

2. Olivier CLEMENT : « L’Eglise, espace de l’Esprit Saint », conférence prononcée à Notre-Dame de Paris le 24 octobre 1976.

3. Adv.Haer. IV, 18, 5.

4. Cat.myst. 5, 6.

5. Documents du Conseil Œcuménique des Eglises : « Confesser le Christ aujourd’hui », Bucarest-Cernika, juin 1974, chap.III .

"C’est parce qu’il y a l’Eglise et sa liturgie que le monde reste ancré dans l’être, c’est-à-dire dans le Corps du Christ, car l’Eglise demeure ce lieu spirituel où l’homme fait l’apprentissage d’une existence eucharistique et devient authentiquement prêtre et roi."

Rédigé par Restauration Universelle

Publié dans #liturgie sanctification matière

Repost 0
Commenter cet article

Mikaël 03/04/2013 22:56

Je vous félicite pour cet article. Si seulement les chrétiens savaient la valeur des sacrements !