Le Christ est venu montrer que le spirituel et le corporel sont liés pour toujours

Publié le 6 Mai 2013

Le Christ est venu montrer que le spirituel et le corporel sont liés pour toujours

« La résurrection des corps, de la matière. La tradition nous dit qu’à la résurrection le monde corporel va acquérir un caractère spirituel. Ce sera la résurrection du temporel mais du temporel spiritualisé. Oui mais le corps, c’est la terre et la terre va ressusciter. Tout ce qui est matière. Le corps va acquérir les caractères du monde spirituel. La Résurrection, c’est l’Esprit qui vient, comme le prince, réveiller la princesse endormie. La princesse, c’est la chair. Le prince la réveille, l’épouse et en l’épousant, il lui confère la Vie spirituelle. Définitivement.

Quand les apôtres ont vu le Christ ressuscité, ils ont constaté que son corps n’était plus soumis à la pesanteur, qu’il traversait la matière. C’était un corps qui avait acquis les caractères spirituels. On peut dire cela pour chacun et pour la terre entière.

Saint Maxime le Confesseur dit : « A la résurrection, nous serons simultanément vieux, adultes et jeunes ; le corps ne sera plus soumis au monde temporel ou spatial ».

Est-ce que cela veut dire que notre être aura pris le pas ? C’est inexact. En disant cela vous tombez dans le spiritualisme. Vous le savez, l’homme est un paradoxe. Il est constitué d’esprit et de matière. Par abnégation, l’esprit se donne à la matière pour l’élever.

Bien sûr, quand l’esprit devient orgueilleux, il ne se donne plus et, à ce moment là, la mort descend dans la matière. Elle meurt alors qu’elle n’est pas faite pour mourir. C’est la résurrection qui restaure les relations entre la matière et l’esprit. Autrement dit, l’esprit se redonne à la matière et alors, celle-ci dépasse les cieux.

Elle remonte l’échelle angélique et va au-delà. C’est cela. La résurrection, c’est la transfiguration de la matière, la réincarnation de l’esprit. Cela ne veut pas dire du tout que vous allez récupérer vos yeux, vos pieds. On a tendance à dire que le monde physique, ce n’est presque rien. Et bien ce presque rien va devenir presque tout.

Je vous donne un exemple : au cours de votre existence, vous inscrivez dans un corps une multitude d’éléments, toute votre vie en fait. Dans le monde transfiguré, vous retrouverez ces éléments. Il faut bien comprendre que le corps n’est pas un emballage mais un associé à part entière. Une réalité que nous ne connaissons pas vraiment.

Et voici qu’un jour le corps meurt. Pourquoi ? Parce qu’il est épuisé. Et pourquoi est-il épuisé ? Parce que l’esprit profite de lui mais ne lui donne rien, si bien que ce pauvre corps n’arrive à soutenir la vie spirituelle. Donc il meurt. Et à la résurrection, l’esprit va venir le réveiller et lui dire : « je t’épouse ».

(…)

Le Christ est venu montrer que le spirituel et le corporel sont liés pour toujours.

Autrement dit que la mort n’est pas une réalité. Jean a dit : « Le Verbe s’est fait chair » pour montrer que la chair est une personnalité unique et éternelle. Après la mort, elle doit donc retrouver cette réalité pour l’éternité. Là est la réponse chrétienne.

La résurrection de la chair, c’est qu’un jour, dans toutes ses couches, le monde physique recevra les caractères du monde spirituel. De même que l’homme sera déifié, le corporel sera spiritualisé. »

Mgr Germain, Pour une théologie du cœur, Le Fennec éditeur, 1994, pp. 249-252.

"Le Christ est venu montrer que le spirituel et le corporel sont liés pour toujours. Autrement dit que la mort n’est pas une réalité. Jean a dit : « Le Verbe s’est fait chair » pour montrer que la chair est une personnalité unique et éternelle."

Episode de l'évangile de saint Luc (24, 40-45) où Jésus, après la Résurrection, mange du poisson et du miel, nous prouvant de façon incontestable, que la résurrection des morts, est bien promise à tous réellement, pas seulement en esprit mais aussi avec notre corps de chair, corps qui fut créé et donné à l'homme par amour par Dieu :  « Tout en disant cela, il leur montra ses mains et ses pieds. Mais ils étaient si heureux qu'ils ne parvenaient pas à croire et restaient dans l'étonnement. Alors il leur demanda: ---Avez-vous quelque chose à manger ? Ils lui présentèrent un morceau de poisson grillé et un rayon de miel.  Il en prit, et il mangea devant eux. Puis il leur dit : C'est là ce que je vous disais lorsque j'étais encore avec vous, qu'il fallait que s'accomplît tout ce qui est écrit de moi dans la loi de Moïse, dans les prophètes, et dans les psaumes. Alors il leur ouvrit l'esprit, afin qu'ils comprissent les Écritures. »  Evangile de Saint Luc 24, 40-45.

Episode de l'évangile de saint Luc (24, 40-45) où Jésus, après la Résurrection, mange du poisson et du miel, nous prouvant de façon incontestable, que la résurrection des morts, est bien promise à tous réellement, pas seulement en esprit mais aussi avec notre corps de chair, corps qui fut créé et donné à l'homme par amour par Dieu : « Tout en disant cela, il leur montra ses mains et ses pieds. Mais ils étaient si heureux qu'ils ne parvenaient pas à croire et restaient dans l'étonnement. Alors il leur demanda: ---Avez-vous quelque chose à manger ? Ils lui présentèrent un morceau de poisson grillé et un rayon de miel. Il en prit, et il mangea devant eux. Puis il leur dit : C'est là ce que je vous disais lorsque j'étais encore avec vous, qu'il fallait que s'accomplît tout ce qui est écrit de moi dans la loi de Moïse, dans les prophètes, et dans les psaumes. Alors il leur ouvrit l'esprit, afin qu'ils comprissent les Écritures. » Evangile de Saint Luc 24, 40-45.

Rédigé par Restauration Universelle

Publié dans #chair éternité résurrection

Repost 0
Commenter cet article

Tribus Liliis 15/01/2014 17:09

Magnifique méditation de Mgr Germain, puisée aux sources patristiques les plus pures.

Elle m'a marqué pour toujours.